CLEARSY développe le logiciel d’un système de pilotage embarqué test pour les chemins de fer suisses

Associé à la modernisation du système de pilotage embarqué des trains suisses pour le compte de SBB, CLEARSY a fait appel aux solutions ERTMS de son site strasbourgeois.

SBB, la société des chemins de fer fédéraux suisses, en tant que membre de l’initiative européenne OCORA, souhaite définir et promouvoir une architecture de référence ouverte pour le CCS embarqué. Le projet requiert une démonstration de faisabilité grandeur nature, sous la forme d’un prototype commandé à divers fournisseurs de composants. CLEARSY a remporté les lots simulation, développement du logiciel embarqué (l’EVC) – conformément aux normes européennes d’interopérabilité – et intégration des périphériques. Le dossier relève des compétences spécifiques de son site strasbourgeois spécialisé en solutions ERTMS (European Rail Traffic Management System).

Avec le développement de l’EVC, CLEARSY hérite d’un lot critique puisque c’est de l’EVC que dépendra le bon fonctionnement du système dans sa globalité. A la demande de notre client, nous sommes partis avec Open ETCS, le calculateur en open source que nous avons développé, explique Mathieu Leboeuf, ingénieur responsable du projet. Calculateur que nous avons adapté aux paramètres ERTMS nationaux et régionaux et à l’environnement SIL4 de l’ordinateur embarqué acheté sur étagère. Une couche d’interface logicielle organise les échanges de données entre le logiciel et ses cinq périphériques : lecteur d’eurobalise, capteurs de vitesse de roues, système embarqué d’enregistrement de données  (ORD), module d’interface entre le train et l’EVC (TIU) et deux modèles d’interface homme-machine (DMI). Entre autres compétences, ce « millefeuilles » logiciel filtre les mesures en provenance des périphériques. Les seules mesures reçues par l’EVC étant valides, le risque de décision erroné s’en trouve écarté.

Dans ce dossier, CLEARSY a préféré sécuriser l’intégration finale de l’EVC – soit sa capacité à communiquer simultanément avec tous les périphériques – en les testant d’abord de manière séparée. Pour ne pas dépendre du calendrier des fournisseurs, nous avons développé des logiciels simulant ces mêmes périphériques, précise Mathieu Leboeuf. Ces tests à caractère virtuel ont permis de vérifier pas à pas la conformité de nos développements informatiques, grâce à quoi nous avons pu en toute assurance intégrer les périphériques physiques au fur et à mesure qu’ils nous étaient livrés. Les tests embarqués de l’EVC, ils sont conduits par SBB, ont commencé. Ils devront démontrer – et c’est bien parti -, que même soumis à d’importantes variations externes, le logiciel développé et intégré par CLEARSY prend les décisions appropriées.