Métro de Marseille – Clearsy livre un système innovant pour sécuriser le terminus de la ligne 2

Métro de Marseille

Clearsy livre un système innovant pour sécuriser le terminus de la ligne 2

Les dimensions du tunnel de la station Capitaine Gèze, terminus de la ligne 2, interdisent les systèmes classiques de contrôle de vitesse et de zone. C’est pourquoi CLEARSY a développé et installé un système adapté à la configuration particulière du futur terminus de la ligne 2 du métro de Marseille. Objectifs : prévenir le risque de survitesse et le risque de déraillement par bi-voie.

On appelle déraillement par bi-voie, le déraillement d’une rame dont les voitures ont pris des chemins différents au passage d’une aiguille. Le système de détection « circuit de voie » écarte ce risque en empêchant les aiguilles de bouger tant qu’un train est détecté sur la zone en question. En France en particulier, il est la base de toutes les signalisations métros, trains, tramways. Mais c’est un autre dispositif, développé et installé par CLEARSY, qui vient garantir la détection sécuritaire (SIL4) des trains dans la zone gérée par le circuit de voie de la station capitaine Gèze à Marseille. Les explications de Patrick Sauvage, directeur d’activités chez CLEARSY.

Le principe d’un système de détection de type « circuit de voie » est le suivant : Lorsqu’un train entre dans la portion de voie gérée par un circuit de voie, le contact des roues fer avec les rails déclenche un court-circuit qui provoque l’abaissement d’un relais : c’est l’information de la présence d’un train. A Marseille, métro sur pneumatiques, ce sont les frotteurs placés sur les essieux qui assurent le contact avec le rail. Dans ces configurations, une règle de signalisation impose une distance minimum entre la limite du circuit de voie et la pointe de son aiguille. Pour appliquer, station capitaine Géze cette règle qui garantit la détection du train en cas de perte du 1er frotteur, il aurait fallu prolonger le tunnel de 15 mètres. Impensable. C’est pourquoi nous avons installé un dispositif (compteur d’essieux) qui compte les essieux qui entrent, et décompte les essieux qui sortent de la zone considérée. L’alternative est de même niveau sécuritaire que la solution circuit de voie. Spécialement développé pour Marseille par CLEARSY, le système est adapté aux mentonnets de guidage de 7 cm de hauteur spécifiques aux trains sur pneus.

En effet, A Marseille, comme à Paris, les rames roulent sur des roues équipées de pneumatiques, doublées de roues d’un diamètre légèrement inférieur, en acier. Celles-ci ne touchent pas, en principe, les rails. Roues de sécurité, elles aussi servent au guidage dans les aiguilles. Ce sont ces roues qui sont détectées par le compteur d’essieux de CLEARSY.

La deuxième fonction exécutée par le système de CLEARSY est la détection des survitesses. Le système : une carte électronique connectée aux capteurs de roue qui mesure la vitesse de la rame. Deux zones de mesure. Si la vitesse enregistrée dépasse 16,7 km/h – vitesse définie par le calcul de la distance d’arrêt – le train est stoppé. A défaut, il irait percuter le heurtoir du fond du tunnel.

Certifié SIL4 pour la détection de zone, le système est entré en fonction avec succès en décembre 2019. Depuis l’ouverture de la station, l’ensemble des capteurs du système a compté sans défaut plus d’un million de roues.